Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Elle avait le chagrin

De Diborr Klinger L'enfant et l'oiseau.jpg

 

Elle avait les yeux sombres

Le cœur déjà fané

Comme une ombre

Déposée

Dès son enfance.

Elle avait un sourire incertain

Une âme plus vieille

Que celle

Des gamins qui jouaient avec elle.

 

Elle avait le chagrin

Presque toujours dans la main

Personne n’y comprenait rien

Puisque personne ne le voyait.

 

Sa voix remplie de trémolos

S’accordait avec le chant des oiseaux

Avec ou sans piano

Son chant en crescendo

Se révélait fort beau.

 

Elle savait rire aux éclats

Elle pleurait dans la nuit

Sans bruit

Elle aimait trop

Elle aimait tant.

 

Elle avait le chagrin

Presque toujours dans la main

Personne n’y comprenait rien

Puisque personne ne le voyait.

 

Elle aimait voir le soleil plonger

Dans une mer verte et bleue

Sentir sur elle les vagues déferler

Avec tendresse

Puiser dans la vie

Pour tromper la mélancolie

Qui déjà comme un mât qui blesse

Frappait sa petite personne.

 

Elle avait le regard plus doré

Pendant les jours heureux

Les yeux plus noirs

Certains soirs.

 

Elle avait le chagrin

Presque toujours dans la main

Personne n’y comprenait rien

Puisque personne ne le voyait.

 

ARTISTE-PEINTRE: DIBORR KLINGER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



01/02/2014
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres