Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Ce soir-là

Odette Itah.jpg

 

Ce soir-là, le ciel semblait inachevé …

Une lune en quartier était dessinée sur une nappe d’un bleu délavé

Et quelque chose de duveteux se promenait en silence …

Comme si, je me retrouvais en plein milieu d’un rêve

Que ma vie pouvait s’échapper par une fissure imprévue …

Mon cœur cognait comme s’il voulait marquer le temps

Et le corps engourdi …

Et si je m‘abandonnais tout simplement

Sans craindre l’émotion qui viendrait perturber ma quiétude.

Le regard perdu dans le vide, j’ai respiré encore plus doucement

Comme un murmure qui s’endort sur le bout de mes lèvres

Je devenais comme le peintre qui dépose par petites touches de la couleur

Sur la toile de sa vie.

Je devenais aussi comme le musicien qui aspire à entendre la plus vibrante des harmonies.

Cela semble difficile à admettre, mais comme un coup de poing au cœur

Le bonheur semble plus intense lorsque je le pense hors d’atteinte

Cette- fois-ci, une autre idée venait de se glisser habilement entre les draps

Que je déposerai demain sur une page blanche.

Une chaleur envahit ma poitrine. Mon esprit se fit plus léger et

Je retournai de manière satisfaisante, à l’endroit merveilleux où mon cœur se pose …

 

 

 ARTISTE-PEINTRE ODETTE ITAH

 



01/03/2014
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres