Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Un pas à la fois

 

Sous un ciel clair

 

À la recherche de la lumière

 

Un jeune homme

 

Porte deux valises sous les bras

 

Il ignore où il va

 

Mais comme un homme

 

Il avance un pas à la fois.

 

Dans le silence

 

Une lueur lointaine

 

Lui fait oublier ses peines.

 

Le soleil complice

 

Tisse

 

Pour lui une toile

 

Remplie de promesses.

 

Quelque part

 

Mais où

 

Solitaire

 

Sur ce chemin sans poussière

 

Il fuit le désert

 

Qui l’habite à l’intérieur.

 

Encore ce rêve fou

 

Trouver une oasis

 

Cueillir des fleurs

 

De belles iris

 

Écouter

 

Le chant des oiseaux

 

Et

 

Laisser le temps

 

Doucement

 

Se défaire

 

Et

 

Le conduire près de la rivière.

 

Il ne retourne pas sa tête en arrière

 

Même si

 

Son cœur chavire

 

Comme un navire

 

Trop plein d’eau de pluie.

 

Le monde est grand

 

En même temps

 

Le monde est petit

 

Il ne sait qu’une chose

 

La vie l’interpelle

 

Et

 

Sans elle

 

Pour lui murmurer à l’oreille

 

Il n’irait pas plus loin

 

Avec tous ses chagrins.

 

FFA 00051195

 

Peintre: Manu Ferret

 

http://arto.blog4ever.com/blog/lire-article-191279-9647802-vers_nulle_part.html?fb_action_ids=3468664214457&fb_action_types=og.likes&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582



05/12/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres