Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Boutons d'or

 

Dès sa naissance, le dieu Rê aveuglé par la lumière versa des larmes sur la terre. Voyageant dans

 

sa barque sacrée, chaque lever du soleil se révéla une victoire « sur le monde des ténèbres ».

 

Dans la lueur dorée du jour, la nature se couvre d’un manteau brodé de boutons d’or. Comme un

 

don du ciel, la Grande Chélidoine transforme en or les cailloux et les jonquilles se dodelinent

 

amoureusement pendant que le blé habille les montagnes. Une mélancolie empreinte de douce

 

rêverie et de désir s'étire à l’infini. La campagne comme une femme se dévoile dans toute sa

 

splendeur et vous embaume le cœur. Le soleil en digne prétendant diffuse ses magnifiques

 

rayons porteurs de vie et sourit.

 

 

FFA 00051195

 

Inspiré de l’œuvre de l’artiste peintre Henri Valachman



21/11/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres