Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Un jour( soir) de grand émoi

12718162_964296127023859_6087376857691358746_n.jpg

 

 

Un jour de grand émoi

Une femme contemple la blanche gelée

Qui s’est déposée

Sur sa rivière

En marchant dans la neige, le silence

De la nature enveloppe son âme

Nul besoin de mots

L’immensité

De cette vie dans la campagne

Pansent les meurtrissures

Un sentiment de paix s’installe. Aucun drame

C’est l’absence

Des maux

Dans ce jour de grand émoi

La femme oublie ce qui la fragilise

Ce qui la blesse. Elle est en parfaite harmonie

Avec ce qui l’entoure. Pas d’étoiles grises

La rivière communie

Avec elle. La forêt chante cette unité

La communion de son cœur

Avec cette nature si généreuse

Se vit de l’intérieur

Moment de bonheur. Elle est heureuse

Les années passent à vive allure

Beaucoup d’éclats de rire

Aussi plusieurs éclats de pleurs

Dans son jardin

Beaucoup de fleurs

Ont perdu leurs pétales trop tôt

Mais toujours d’autres splendeurs

Puisque toutes les saisons

Vivent leur propre fin du monde

Les années passent à vive allure

Plein de sourires

De petits bonheurs

Au quotidien. Il y a de la beauté

Aussi dans la douleur

Cette boule de lumière bleue

Cachée dans un repli de son cœur

Pour rien au monde

Je ne renierais la vie

 

 

Artiste peintre : Anita Bérubé

 

 

 



13/12/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres