Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Un coeur sans corps ou un...

sans-titre.pngAnge Bonello.png

 

Quand je rêve

Je pense à toi

Quand je vis

Je rêve de toi

Quand je chante

C’est pour toi

Quand je pleure

C’est avec toi

Je fais des efforts

Mais depuis ton départ

Mon soleil est si noir

Au fond de moi

Ça hurle

Autour de moi

La vie me mord

Depuis ton départ

Le jour se lève encore

J’ouvre mes yeux mouillés

D’avoir autant pleuré

Une autre nuit blanche

Je relève mes manches

Je pars travailler

Épuisée

Depuis ton départ

Je reviens à la maison

Je te cherche partout

Je murmure ton prénom

J’ai si mal et partout

Je reste là à bout de souffle

Au cœur un souffle

Brisé

Je fais des efforts

Mais depuis ton départ

Mon soleil est si noir

Au fond de moi

Ça hurle

Autour de moi

La vie me mord

Depuis ton départ

Je suis prise dans un étau

Le courage me fait défaut

Ma vie dégringole

Je vais devenir folle

Ma peine est telle

Je ne vois plus le bleu du ciel

Continuer comme si

Par magie

Tu étais entre mes bras

Mais l’absence tremble d’effroi

Au fond de moi

Une main me fouille les entrailles

Déchirées

Je fais des efforts

Mais depuis ton départ

Mon soleil est si noir

Au fond de moi

Ça hurle

Autour de moi

La vie me mord

Comme un soupir qui frôle ma joue

J’entends encore battre ton cœur

Collé contre mon cœur

C’est si fou

Je donnerais ma vie

Pour caresser ton visage

Si sage

Comme si je perdais la vie

Moi aussi sans toi

Un corps sans cœur

Ou un cœur sans corps

Mon amour est mis à nu

La faille en moi s’élargit

L’innommable

 

 

Je fais des efforts

Mais depuis ton départ

Mon soleil est si noir

Au fond de moi

Ça hurle

Autour de moi

La vie me mord

 

Je continue de chercher les mots pour tenter de ressentir avec toi

Pour embrasser ta douleur

Petite soeur

Cela prendra du temps, beaucoup de temps

La perte d’un enfant est si «  atroce »

On cherche la Lumière

Toute sa vie

On ne peut pas retourner en arrière

 

 

 

Se sentir mourir à petit feu

Jour après jour

Lorsque la vie s’abime

Nuit après nuit

Sentir son cœur en mille morceaux

Lorsque trop de croix se dressent sur le chemin

Se vider de ses pleurs

Lorsque la vie s’acharne

À te faire grandir

Au-delà de soi

Se sentir dépassé

Par les blessures

Qui lézardent le ciel

Se sentir emporté par le courant

Lorsque tu plonges au fond de l’abime

Que les épines blessent tes mains

S’abandonner

Saisir à pleines mains

Tous ces je t’aime

Croire

… Prier …

 

 

 

 

 

ARTISTE PEINTRE ANGE BONELLO



15/10/2015
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres