Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Un banc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au pays des couleurs vivaient deux petites hirondelles. Bien cachées dans leur nid, elles nourrissaient

 

leurs hirondeaux. Autour, les arbres leur apportaient la sécurité et le soleil les faisait chanter.

 

Un sentier parcourait la forêt, mais peu de pèlerins s’aventuraient hors des chemins connus. Pourtant, 

 

un banc invitait les gens à se reposer et à se retrouver. Le vent avait soulevé la poussière et même les

 

hirondelles, invitaient l’homme à la contemplation. Malgré les écueils de la vie, chaque instant vécu

 

intensément avec la nature nous rapproche de notre âme.

 

Réflexion inspirée de l'aquarelle de Catherine Levasseur:


http://marie-beatrice.blog4ever.com/blog/photo-373779-9396156-blog.html



01/12/2011
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres