Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

La princesse Catherine

Il était une fois dans un pays lointain, un vieux souverain qui vivait avec sa fille unique. Catherine

 

se révélait une magnifique princesse aux yeux et aux cheveux noirs, mais la tristesse avait voilé

 

son regard. En effet, la mère de la princesse Catherine était morte deux ans après sa naissance. Le

 

roi éperdu s’était emmuré dans sa souffrance et avait condamné toute la partie du château où la

 

reine mère peignait et jouait du clavecin. Comme si la nature vivait aussi en deuil, un gigantesque

 

voile sombre et silencieux tomba sur la plaine et les paysans voyaient le château dans un

 

brouillard très dense et opaque.

 

 

Victoire,la nourrice de Catherine lui servait de mère et lui enseignait la musique, la poésie et la

 

peinture. Munie de son pinceau, la princesse Catherine découvrait le monde de la couleur, réalisait

 

 des aquarelles et se promenait dans les longs couloirs du château pour peindre les murs des pièces

 

inoccupées de l’immense demeure. Catherine grandissait en beauté, en grâce et en talent.

 

 

 

Un jour, la future souveraine se retrouva dans l’aile interdite. Curieuse, elle coupa le cordon blanc

 

qui fermait la porte de la chambre de sa mère. Dès que Catherine passa  dans cette partie du

 

château, elle fut éblouie, par toutes les couleurs qui illuminaient les pièces. C’est alors qu’elle  

 

découvrit un arc-en-ciel accroché au ciel de lit de sa mère. Sans perdre un instant, la princesse

 

Catherine  défit les fils de couleur délicatement avec son pinceau. Puis, elle ouvrit la grande

 

fenêtre et de son pinceau, elle dessina une nouvelle montagne, une vallée et un ciel bleu.

 

 

 

 

Lorsque le roi son père apprit que sa fille avait passé outre son interdiction, il entra dans une

 

colère terrible et se précipita dans le boudoir où Catherine admirait encore les nuances de l’arc-en-

 

ciel. Lorsque le roi vit sa fille si belle et toutes les couleurs que son épouse avait tant aimées, il

 

se mit en larme. Puis, il embrassa la princesse et s’excusa de l’avoir si longtemps négligée.

 

Heureux à nouveau et surtout, rempli d’espoir, le souverain organisa un grand bal en l’honneur de

 

sa fille chérie. Depuis ce jour, le royaume de l’ombre est devenu le royaume de la couleur.

 

 

 

Aquarelle réalisée par Catherine Levasseur. 

 

http://marie-beatrice.blog4ever.com/blog/index-373779.html

 

 



06/10/2011
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres