Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Gouttelettes de tendresse

Cette nuit

 

L’averse déverse

 

Ses gouttelettes de tendresse

 

Sur la terre desséchée.

 

Le tonnerre

 

À voulu faire taire

 

Cette adorable mégère

 

Apprivoisée

 

Qui criait dans le noir

 

Encore!

 

C’est la pluie

 

Qui a réussi

 

À humecter

 

Cette amante

 

Exigeante

 

Qui se livrait

 

Confiante.

 

Au matin

 

Le soleil ravi

 

L’a pris entre ses mains

 

Et

 

Réchauffa  sa jolie tête

 

Refroidie

 

Qui avait tant besoin

 

De larmes chaudes

 

Et

 

Douces.

 

Ce soleil

 

De ses rayons dorés

 

Vint aussi déposer

 

Sur sa mousse

 

Sa tendre rosée.

 

FFA 00051195



29/08/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres