Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Soleil indiscret

Dans le crépuscule teinté de rose

 

Ton sourire coquin sur ma bouche se pose

 

Le regard livré aux caprices du désir

 

Me laisse gémissante à mourir

 

Mes propos tendres et confus

 

En toi ne seront plus.

 

 

Dans ce jeu d’ombre et de lumière

 

Le soleil devient indiscret

 

Tremblante et décoiffée

 

De baisers inapaisés

 

Rejetant la tête en arrière

 

Nous nous aimons à l’excès.

 

 

Encore brulants de fièvre

 

Dans le petit matin heureux

 

Nos cœurs amoureux

 

Soupirent d’amour

 

Vite que s’éteigne le jour

 

Et souffle-moi un baiser sur les lèvres.

 

 

FFA 00051195

 

 



05/05/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres