Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

SANS MOTS

Rémi Chauvrat.jpgJe me souviens.jpg

 

 

Privé de mots, privé de son histoire, il la regarde et pleure.

Il s’accroche à celle qui lui tend la main

Il a peur d’oublier jusqu’à son nom

Mais il refuse de la voir partir avant lui.

Son silence est bruyant

Ses yeux crient …

Jadis, il aimait la vie comme un gamin

Aujourd’hui, il oublie peu à peu les joies de l'enfance et demain

Il devra poursuivre encore quelque temps, une vie qu’il ne reconnait pas.

Certains jours, il la serre si fort dans ses bras comme les serres d’un oiseau de proie.

 Puis, son regard se voile

Comme si les larmes embuaient son regard et son sourire se fige.

La maladie comme une bête le traque et le pire malheur reste celui de se savoir pris au

piège.

De la mort, de la maladie, de la peine, personne n’ose lui en parler

Pourtant, la personne la plus sensible est sur le pas-de-porte de ce grand trou...

Où tout lentement lui échappe.

 

ARTISTE-PEINTRE Rémi CHAUVRAT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



01/02/2014
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres