Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Robe alezane dorée

 

Le jour s’est habillé de sa robe alezane dorée pour ceux qui souffrent d’un souffle au cœur et la vie se

 

recueille dans le pré pour ceux qui convoitent le bonheur. Le ciel déteint la veille pendant l’orage, se repeint le

 

visage de poussières d’or et de vert espoir. La lisière entre le ciel et la terre est brodée de nuages blancs très

 

sages et une brise coquine se promène pour taquiner les herbes folles. Dans ce jour qui s’allonge, le soleil

 

songe et le feuillage dense des arbres danse dans ce décor champêtre. Dénudée, mais accueillante comme

 

l’été, la chaumière nimbée de lumière est digne de plusieurs invités.

 

 

FFA 00051195

 

Peinture de Patrick Schembri



05/11/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres