Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Réconciliation

À l’orée d’un sous-bois poussait un jeune érable légèrement imbu de sa personne. Placé tout près d’un

 

érable centenaire, il se moquait des branches brisées et des rides nombreuses qui se creusaient de

 

plus en plus sur l’écorce de son aîné. Un soir, une tempête s’éleva dans le ciel. Le vent hurlait à faire 

 

peur à tout ce qui bouge. Les oiseaux étaient disparus, les renards s’étaient tapis dans leur tanière et

 

même les paysans restaient cloîtrés dans leur chaumière. Notre jeune érable tremblait de tous ses 

 

membres.Le vent arrachait les jeunes pousses, cassait les tiges trop fragiles des fleurs, détruisait des

 

nids, mais le vieil érable demeurait immobile et confiant. Bien enraciné dans la terre, il s’était courbé

 

légèrement et de ses immenses branches puissantes, il avait fabriqué un rempart autour de son

 

protégé. Le tumulte semblait vouloir s’intensifier et le noir de la nuit devenait encore plus terrifiant.

 

Cela ressemblait à la fin du monde; le temps semblait suspendu. Soudain, les craquements sinistres se

 

transformèrent en chuchotements et les gouttelettes de pluies devinrent hésitantes. Puis, dans un

 

grand moment de réconciliation, le ciel et la terre retrouvèrent leur harmonie. Depuis ce jour, les

 

amoureux se cachent sous le feuillage touffu des deux comparses pour mieux s’aimer et s’embrasser.

 

FFA. Numéro de détenteur : 00051195



24/04/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres