Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Mosso

 

Assis sur le quai, deux enfants les yeux remplis de promesses, regardent les prouesses des gros goélands

 

survolant la mer. Des nuages gris cachent le lointain de certains matins, mais ces gamins aspirent trouver un

 

trésor quelque part au bout du bout du monde.

 

Devenus marins, ils cherchent encore et toujours un nouvel horizon. Pour eux, tout se joue et tout se vit

 

sur la mer. Aujourd’hui, l’océan leur crache son trop-plein d’ordures et la rage des flots fait inonder le

 

bateau. Malgré le vent qui secoue le grand mât, leurs mains restent accrochées au cordage et leur visage

 

demeure concentré à scruter les vagues. Discrètement sans se regarder, ils entonnent un refrain mille fois

 

chanté. Leur chant raconte la beauté de l’oiseau sauvage aperçu un soir d’orage. Cette mélodie leur apporte

 

le courage d’affronter la tempête et d’oublier la peur bleue qui se terre au fond de leur coeur. Les pieds

 

mouillés, ils persévèrent et espèrent calmer leur mer devenue aussi leur mère d’adoption. Chaque

 

manœuvre se veut caresse et tendresse pour cette amante qu’il convoite depuis leur tendre enfance.

 

Mosso en catalan signifie jeune garçon- apprenti marin.

 

Inspiré de l’œuvre de la peintre Annie Morelli

 

FFA 00051195

 



16/11/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres