Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Mélancoliquement vôtre

Marie-Noël Toulon artiste peintre.jpg

 

Toujours la mélancolie comme la mer 

Avance, recule, se retire

Les souvenirs au fond de soi

Chantent, pleurent

Au creux de la mer

Les désirs encore soupirent

Comme les oiseaux de passage

Qui reviennent au rivage

De leurs premiers amours

 

Toujours, la mélancolie se recueille

Malgré les vents, les orages, les écueils

Difficile de jouer la partition de la vie

Sans des silences, des notes blanches, des soupirs

 

 

 

Aller au bout de soi 

C’est plonger au creux de soi

S’accrocher aux étoiles

S’accorder le droit

De cligner de l’œil

 

Pouvoir avancer léger

Malgré le cœur lourd

C’est puiser des moments heureux

Au fond de son histoire

Dans les méandres de sa mémoire

 

 

 

Vouloir effacer le temps

Pour oublier ses souffrances

C’est aussi nier sa réalité

L’humanité se compose d’un passé

D’un présent pour se bâtir un avenir

 

 

 

Surtout se donner le droit en vieillissant

De saisir pleinement chaque éclat de rire

Chaque pleur, chaque fleur

Pour se composer le plus merveilleux des bouquets

 

Vivre à fond son présent

Croire toujours en demain

C’est aussi se donner le droit de pleurer

Chanter les naissances, les absences

Remplir les pages blanches

 

De son existence

 

 

 

Toujours l’âme en peine

Elle entend encore un je t’aime

La vie ne s’arrêtera pas ce soir

Elle comprend, mais son cœur

Trouve lourd le silence

De l’absence

 

Elle sait… demain

le soleil reviendra

...

 

 

 

La mer invente chaque jour de nouvelles vagues

 

Pour que les mots trop bleus

 

Se libèrent au loin

 

La mer partage tous les souvenirs

 

Pour que les rêves voyagent encore

 

 

Même reposée, la mer continue son chemin

 

Avec ou sans bateaux

 

Elle quitte le rivage des chagrins

 

Pour parcourir le monde

 

 

Certains jours, la mer titube, hurle

 

Ses larmes inondent

 

En colère, elle gronde

 

Puis, sa voix se perd

 

La marée se retire

 

 

Parfois encore, des morceaux de ciel bleus

 

Tombent pour se marier dans ses flots

 

 

 

Toujours l’âme en peine 

Elle entend encore un je t’aime

La vie ne s’arrêtera pas ce soir

Elle comprend, mais son cœur

Trouve lourd le silence

De l’absence

 

Elle sait… demain

Le soleil reviendra

...

 

On dirait les ailes d’un ange qui frissonnent

Là, derrière nos voix, est-ce que je suis au ciel

On dirait que mon cœur chantonne

Dis-moi

Tu entends toi aussi ?

Notre belle histoire

Quand j’ai trop envie de pleurer

Je te parle au fond de moi

Comme si tu étais toujours là

Je m’imagine

Sur une plage, les deux pieds dans l’océan

Jeter une bouteille

Avec des mots des mots velours, des paroles chantantes, des notes tendresse

Je m‘imagine

Sur le dos d’un oiseau

M‘envoler au-dessus des nuages

Caresser de mes doigts ton visage

Je t’en prie

Tends-moi la main

Tu entends ?
Tu vois ?

Je suis si petite

Sans toi

 

Artiste-Peintre Marie-Noël Toulon

 

 



01/03/2015
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres