Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Loin des amers...

Henri Valachman.jpg

 

 

 

Laisse le silence t’habiter

Accueille la vie

Rempli un coffre de tendresse

Laisse le temps te délivrer de tes chagrins

Qui malmènent le cœur

Écoute le premier chant de l’oiseau

Te déposséder de tes peurs

Loin des amers

Saisir une étoile par une nuit claire

Dévoiler des mots tendres

Porter l’espérance atteinte de lenteur

Certains matins

Instant fragile

Silence immobile

Le soleil s’agenouille…

 

Malgré des soupirs retenus

Des paroles cachées au fond de soi

Chaque rayon de soleil batifole quand, enfin, le matin se lève

Et la brise comme un souffle caressant

Vient défroisser les cicatrices des cœurs souffrants…

La beauté touche les âmes :

Contempler le nuage discret qui se déplace

Un oiseau inconnu se poser sur une brindille

S’abandonner

Selon la saison, se vêtir de la couleur du ciel

Comme l’eau des rivières

Pleurer la vie avec un regard encore émerveillé de découvrir au loin

Une ligne fragile…

À peine ourlée…

Là où se dessine l’horizon…

 

 ARTISTE-PEINTRE HENRI VALACHMAN

 

 



01/05/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres