Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Les baigneuses

 

Hier

 

Dans le soleil couchant

 

Deux étrangères

 

Chantaient et nageaient

 

Comme des sirènes.

 

Avec le corps lisse

 

Elles glissaient

 

Sur l’eau.

 

Seul un amour déçu

 

Les métamorphosera

 

En écume

 

Et les fera

 

Échouer

 

Sur les dunes.

 

Au soleil levant

 

Les deux étrangères

 

Redeviennent

 

Deux femmes enfants.

 

Ignorant la haine

 

Elles s’enveloppent de tendresse

 

Avec les bras porteurs de caresses.

 

 

Pour Gauguin

 

Peintre épicurien

 

Quelle inspiration

 

Et divine tentation

 

De voir

 

Ces muses

 

Dévêtues

 

Qui s’amusent

 

Dans le noir.

 

FFA 00051195

 

Texte inspiré de la peinture de Paul Gauguin, Les baigneuses. Peintre postimpressionniste né à Paris le 7 juin 1848 et mort à Atuona le 8 mai 1903.

 

 

https://www.google.ca/search?q=les+baigneuses+de+gauguin&hl=fr&prmd=imvns&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=d1QlUN7xNYvQqAGKhoDIDQ&sqi=2&ved=0CGIQsAQ&biw=1017&bih=470

 

 



10/08/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres