Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Le souffle de l'espérance

monique coelho.jpg

 

 

Certains jours

Je me laisse portée par la lumière

Celle qui s’infiltre à l’intérieur

Du cœur

Certains jours

Mon âme entre le ciel et la terre

Devient aussi légère

Que l’oiseau

 

À coup de mots

Pour tous les maux

Garder le droit de taire

Ou de raconter ce temps d’hier

Sentir couler en soi l’eau

De la rivière

Toucher avec son cœur

Les étoiles passagères

 

Avoir les yeux remplis

De tout ce beau

Voir arriver la nouvelle saison

Entendre la chanson

Du vent indiscret

Qui soulève les fleurs aux aguets

Celles dont la jupe se plissera

Avant de se coucher dans le froid

Je ne suis plus de l’âge des premières amours

Ni des chimères

Mais que viennent encore tour à tour

Le souffle de l’espérance

Du parfum des indulgences

Sur ma chevelure blanche

Avec des roses dans mon coffre-cœur

Aux diverses couleurs

Certains jours

Se laisse porter par la lumière

 

Photo de Monique Coelho

 

 



10/10/2016
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres