Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

La vraie et simple vie

 

 

 


Un matin mi-soleil mi-lune, la princesse Amalia annonce à ses parents, qu’elle désire

 

l’éducation du peuple. Elle ne veut plus de précepteurs ou de professeurs

 

privés. Elle désire avant tout, connaître la vraie vie, ses sujets et s’amuser.

 

Le roi trouva sa fille fort brillante et sa mère souriait du plus profond de son cœur. Que

 

souhaiter de plus ? Une princesse aux goûts simples et vrais.

 

Alors commença pour Amalia, un merveilleux cheminement. À la garderie, elle était aimée et

 

respectée pour ce qu’elle était. Une petite fille gentille et souriante. Elle

 

se faisait des amis (es), elle courait, se salissait, portait des jeans,

 

faisait des activités de groupe…

 

Lorsqu'elle devait rencontrer certaines personnes, vivre des événements importants, elle

 

continuait de se vêtir et de se comporter en princesse. Elle serait toujours

 

une princesse. En même temps, elle était d’abord et avant tout une petite fille

 

adorable, « aimée et digne d’être aimée ».



22/04/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres