Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

La première valse

La première valse.

 

Oubliée dans son grand lit, la vieille dame fouille au fond de sa mémoire. L’homme

 

aimé s’est endormi il y a quelques années, mais elle garde au fond de son cœur « La première 

 

valse". Droite et revêtue de sa somptueuse robe blanche, une jolie se cache derrière un éventail  

 

avec son carnet à la main. Dès l’ouverture du bal, la belle ferme les yeux et soupire. Son cœur

 

s'accorde au même rythme que cette valse viennoise : vite, vite, lente… et elle attend que le 

 

charmant dépose à ses pieds, une main au gant de velours. Enfin, il arrive et avec son sourire

 

légèrement moqueur, il lui offre des fleurs avant de l’enlever et de danser toute la soirée avec elle.

 

Le carnet de la belle s'est égaré ce soir-là et le couple s’est retrouvé seul parmi la foule. Vite, vite,

 

lente... Main sur l'épaule de son partenaire, souffle court, lèvres frémissantes, le regard caressant, le

 

désir au creux des reins, l'image reste imprégnée sous sa paupière et dans son cœur. Puis, elle

 

regarde par la fenêtre le crépuscule de sa vie qui se dessine et un sourire apparaît sur ses lèvres :

 

vite, vite, lente…

 

Numéro du détenteur - 00051195



07/04/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres