Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

L'enfance glisse

 

Les yeux remplis de confiance

 

L’enfance

 

De son pas chancelant

 

Ira surprendre

 

Ceux qui l’aiment tant.

 

Dans la douce tiédeur d’une soirée

 

Un filet de bonheur

 

Vient de se faufiler

 

Discrètement dans le cœur

 

D’un père

 

Toute la fatigue du labeur

 

S’efface

 

Devant l’enfant

 

Qui lui tend les bras

 

Et qui anticipe déjà

 

Les éclats de joie

 

Et les bravos.

 

Sa mère

 

De connivence

 

Soutient l’impatience

 

Et la vigueur

 

De ce petit cœur

 

Tout neuf et beau.

 

Au seuil de la vie

 

Vêtue de laine chaude

 

Et sans souci

 

La fillette au regard pervenche

 

Se glisse de son pas léger

 

Vers le plaisir immense

 

De marcher

 

Avec audace

 

Vers la tendresse.

 

FFA 00051195

 

Inspiré de l’œuvre du peintre Patrick Schembri



20/11/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres