Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Dans un ciel baroque

Douce

 

Doucement

 

Tendre

 

Tendrement

 

Dans un ciel baroque

 

S’élève une musique céleste.

 

 

Un musicien

 

Dépose avec soin

 

Une partition sur son lutrin

 

Et pince les cordes de son clavecin.

 

 

Au loin

 

Un gambiste

 

Compose une musette

 

Pour sa muse artiste

 

L’alouette

 

Et fais frémir

 

De plaisir

 

Les corolles

 

Au son de sa viole.

 

À contre-courant

 

Le vent

 

Dépose amoureusement

 

Ses lèvres sur son instrument

 

Et souffle sur le bois

 

De sa flute traversière.

 

La lune altière

 

S’émancipe en trois temps

 

Comme cette musique céleste

 

Gracieuse et noble

 

Dans le ciel baroque.

 

FFA 00051195

 



16/07/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres