Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Dans mon jardin d'hiver

15676187_367006640329565_5931629448889681954_o.jpg

 

 

Du blanc

Encore du blanc

Sous terre les fleurs se sont courbées

Toutes gelées

Elles attendent le printemps

Le chemin qui se dirige vers la rivière

Est blanc

Tout blanc

Je préfère y marcher lentement

Pour ne pas glisser

Tout craque surtout la nuit

C’est froid

Parfois

Le ciel est si

Rempli d’étoiles

Comme une respiration inachevée

Le cœur se penche essoufflé

L’attente du printemps

Douce mélancolie

La lumière du matin blanc

Tout blanc

Éclaire

Le jardin d’hiver

Le vent fait 

Défait

L’air comme s’il s’amusait à jouer

Dans la chevelure d’une femme

Qui s’abandonne à celui qu’elle aime

Il danse, chante, éventre les nuages

Fige tout sur son passage

 

Une envie de cristalliser le moment

Blanc

Si blanc

Pur. Réinventer.

Le monde. Éloigner

La misère

La guerre

Ouvrir les fenêtres

Renaître

Dans l’amour

Blanc

Si blanc

Pur. Exister

Déposer

Du rose

Sur les roses

Aimer

 

8 février 2017

 

 

 Artiste peintre Hélène Miaz



08/02/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres