Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Compagnons d'infortune

 

 

Dans la pénombre d’une taverne improvisée sous les décombres d’un vieux monastère, deux compagnons

 

d’infortune glissent vers le chemin de l’oubli. Comme une nuit qui agonise sans lune, leurs âmes solitaires

 

noient leur misère. Le regard perdu vers un horizon sans aucune illusion, la nostalgie se dépose dans le fond

 

de leur verre. Le dos voûté et la tête inclinée, leur regard se dérobe vers un ailleurs que chacun enfoui au

 

fond de lui, à sa manière. En silence et les yeux tournés vers un passé douloureux et un avenir incertain, leur

 

présent s’absente sans bruit. Leur breuvage rouge sang est amer et le poids des années se cache dans leur

 

main fermée. Ces compères hibernent dans cette taverne au milieu de la nuit.

 

FFA 00051195

 

Peinture à l'huile de l'artiste peintrew Henri Valachman



08/10/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres