Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Boîte à chagrins

 

Les yeux remplis de nostalgie, un marin laisse ses doigts caresser avec douceur les touches de son clavier et

 

fait pleurer sa  « boîte à chagrins ». Dehors, le jour ferme ses paupières et l'on entend la plainte du vent

 

disperser ses cendres un peu partout au gré de son humeur. Des vagues rognent le rivage, mais aucune

 

larme ne glisse sur le visage du musicien. Sa peine repose comme une fleur séchée entre les pages du

 

recueil de son histoire.

 

Il suffit de si peu de choses pour soulever la poussière. Solitaire sur la terre et solidaire sur la  mer, la

 

musique s’accorde au rythme frissonnant de son cœur. Malgré son âme douloureuse, un mouvement

 

langoureux et attendrissant retentit entre les murs de son refuge de célibataires. Entre la lumière dorée et

 

les bouteilles jetées à la mer, il espère… encore et toujours retrouver la présence de l’être aimé. Plongé dans

 

ses pensées, l’air de son soufflet libère tous les soupirs et les silences de la cruelle absence.

 

Il suffit de si peu de choses pour soulever la poussière… et ouvrir le couvercle de la boîte à chagrins.

 

FFA 00051195

 

Peintre: Henri Valachman

 

 

Autres surnoms donnés à l'accordéon:  boîte des pauvres, boîte des frissons, boîte du diable.



07/11/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres