Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

À la rencontre de son destin( à la mémoire de mon frère)

 

 

 

Il y avait si longtemps que Michel souffrait de ce mal de

l’âme et qu’il tentait de façon désespérée de taire en lui toute cette

angoisse. Engourdir la douleur jusqu’à nier sa propre existence et ne plus voir

défiler sa triste de vie. Avec plusieurs thérapies à son actif et des descentes

en enfer toujours plus grandes, il avait tout perdu : femme, enfants,

travail, argent et sans estime de soi.

 

En 2002, il commença une nouvelle démarche et il entra en thérapie

fermée. Michel s’accrochait si fort, il fréquentait le mouvement des

alcooliques anonymes, il s’abandonnait et il maintenait son abstinence. Ne pas

prendre de produits intoxicants n’a pas redonné à Michel tout ce qu’il avait

perdu, mais il a poursuivi sa lutte pendant cinq ans pour se retrouver comme

être humain. Malgré ses peurs et ses doutes, il n’a jamais cessé de vouloir

aider son prochain à sa manière, car il aurait probablement voulu sauver le monde

pour se sauver par la même occasion.

 

 

Fin octobre 2007, Michel a ressenti le besoin de retourner dans

la rue, cette «  grande famille » qui l’avait accueilli pendant ses

 

déboires. Respecté et surnommé  le " petit maître", il est retourné dans le milieu où il

s'était peut-être senti valorisé. Nous ne pourrons jamais cerner à fond ce qui

l’habitait vraiment ce jour-là. Cependant, il s’est endormi dans une ruelle et

le lendemain, deux individus l’ont frappé et Michel est tombé sur le sol au

premier coup porté. Les jeunes voulaient son sac à dos et ils ont mentionné

qu’ils croyaient que Michel avait volé leur sac à dos. Ces personnes étaient

intoxiquées au moment de l’agression, mais elles ont frappé et puis elles ont

quitté les lieux.

 

Lorsque la famille a été demandée à l’hôpital, Michel était

sous respirateur et il était couvert de bandelettes pour couvrir toutes les

plaies de son corps. Les spécialistes n’avaient plus aucun espoir de vie pour

Michel, mais nous voulions parler avec ses fils avant de prendre la décision.

 

La décision de le débrancher fut prise le premier novembre

2007 et le deux novembre 2007 à 01 :00 du matin, Michel a trouvé la

libération du corps, du cœur et de l’esprit.

 

Suite au décès de Michel, sa fille aînée issue d’une

première union et ses deux fils ont développé de liens familiaux très intenses

et trois autres petits-enfants sont venus au monde.

 

Les chemins de la vie sont parfois très difficiles, mais je sais que Michel, mon frère a enfin trouvé sa

 

lumière et qu'il habite toujours et à jamais, au fond de nous.

 

Michel( 26-02-1957-2-11-2007)

 



10/11/2011
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres