Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Sur le chemin blanc

Catherine Levasseur.png

 

 

 Je pense au jour où le soleil se fera plus insistant

Où les arbres verront leurs branches se couvrir de jolies feuilles

Je pense au jour où les tulipes, les crocus pointeront leur nez vars la lumière

Où la saison des amours sera de retour pour les oiseaux

J’ai hâte de cueillir, de voir l’hiver batte en retraite.

 

Pour le moment, je marche encore bien emmitouflée

Sur un chemin glacé

Devant l’étal blanc

Je suis légèrement exaspérée malgré cette beauté à couper le souffle.

Le vent me gèle le bout du nez. Je ferme mon col

Je tente de rester attentive à la vie qui circule. L’hiver finira par s’éloigner et partir à la dérive quelques mois.

 

Je pense au jour où je couperai l’herbe sous mes pieds

À l’odeur humide, aux périodes de pluie, mais aussi de canicule

Je suis une fille de lumière et de douceur estivale

Je m’adapte à la froidure, aux morsures, mais je demeure une femme été

Sortir sans se couvrir, pieds nus

Cheveux au vent

Sentir cette humidité sur la peau

Sauter à cœur joie dans l’eau de la rivière.

 

Pour le moment, je marche sur le chemin blanc

J'écoute  mes pas crisser

Je continue de sourire malgré moi

La vie…

C’est un peu tout cela n’est-ce pas ?

 

5 avril 2017

 

 

Aquarelle de Catherine Levasseur



05/04/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres