Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Perpétuel recommencement

12573221_944640995656039_3469256021829728621_n.jpg

 

 

 Il arrive qu’un pétale

Deux pétales

Trois…

Tombent

L’été s’épuise

Le vent fait valser si fort

Les feuilles, les fleurs

Qu’elles tombent

Les saisons de la vie commencent presque toujours par

Il était un matin

Mais rien n’est tout dit

Rien n’est tout établi

L’homme trébuche, tombe

Lui aussi

L’homme se perd parfois

Mais son ombre ne le quitte jamais

La lumière du jour

Réchauffe son cœur

Le chant des oiseaux plein la tête

Il avance par-delà les pires douleurs

L’amour en lui est plus fort que tout

Il entend fredonner les feuilles, couler l’eau de la rivière

Les fleurs sont si belles et prêtes à une cueillette

Des papillons «  papillonnent »

Les pleurs s’apaisent

Les souvenirs font surface, s’agrippent à notre cœur

Au détour d’un chemin

L’odeur d’un nouveau matin

Le silence de la vie

Fait taire les cris de la nuit

Tout est un perpétuel recommencement

 

 

4 septembre 2016   19 :25

Artiste peintre Diborr Klinger



05/09/2016
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres