Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

La rêveuse

17758274_1697815490245201_1851558628845615551_o.jpg

 

 

 

Fébrile

Un doigt glisse sur le pleur

De la joue mouillée

Fragile

Un cœur

Se laisse enlacer

Un voile se dépose

Au fond de ses yeux

Comme le clair-obscur qui se pose

Sur ce jour fatigué

 

Dans les méandres de ma mémoire

Les souvenirs dansent

Sur un fond de mélancolie

Douce symphonie

Les fleurs de l’amour penchent

Les corolles chaque soir

En accord avec la musique de chambre du feuillage

Des conifères

 

Légère

Une main dessine tendrement

Un bouquet de fleurs

En moi résonne le chant

De la rivière

J’aime ces jours sans histoire

Doucement

La nature raconte. Les oiseaux

Colportent de plus en plus

Au loin, l’horizon

Merveilleusement bleu. Une chanson

Comme des milliers de perles d’eau

 

Nostalgique

La rêveuse en moi

Confectionne aux points de croix

Un arc-en-ciel magique

Pour éclairer les zones d’ombre qui parfois

Jalonnent sans pitié, la rue

Lyrique

Toujours sur le bord des lèvres pâles
Une musique comme un grand châle

Quelques instants de silence

Des mots, de la musique

Sur mes lèvres pâles

Comme un grand châle

Pour recouvrir de beau mon âme

 

Artiste peintre Annie Morelli

 

 



03/04/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres