Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Comme un prolongement

14572755_324587694571460_692770295709312355_n.jpg

 

 

Chaque nouvelle saison

Est un mouvement vers l’avant

Comme un prolongement

D’une œuvre inachevée

En constante évolution

La vie tangue comme un voilier

Poussé par le vent

Parfois, ce vent est agité

Puis, il devient chaud et doux

La fleur de la tendresse comme un chant

S’accroche par en dedans

Le ciel rouge couvre le bleu, le blanc

Peut-être que chacun de nous

Poursuit à sa façon

L’ébauche de la création

Peut-être que chacun de nous

Devient un artisan de la beauté

Merveilleuse complicité

Entre la nature et l’humanité

Chaque petit moment de joie

Comme une lueur d’espoir

À garder au fond de soi

Afin que jamais ne meurs

Ces instants de bonheur

Doucement

La femme s’abandonne

Son âme s’envole. Dans le ciel  librement

Les oiseaux l’accompagnent. Personne

Ne peut entendre le bruit de son cœur

 

Immobile

La femme regarde au loin

Comme un horizon sans fin

Perdue dans ses rêves de vie. Une île

Brille dans la lumière comme un diamant

 

Artiste Peintre Helene Miaz

 

8 décembre 2016

 

 

 

 

 

 



08/12/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres