Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

Au plus creux de mon univers

Éric Meunier BAKA.jpg

 

Au plus creux de la vague

L’oiseau observe attentivement

Avant de plonger

Au plus creux de la vague

L’humanité

S’effondre trop souvent

Quand j’avance dans la lumière

Les pensées sombres tremblent

Le bleu du ciel

Me ramène vers

Les pommetiers en fleurs

Au-dessus de la rivière

Le soleil éclaire

La forêt tendre

Dans les mains de l’eau claire

Une saison douce au creux du ventre

Le mouvement chantant du cours d’eau

Berce un coin de l’âme

Murmure qui se love en son langoureux

Comme une larme

Qui tombe de très haut

Au plus creux de mon cœur

Une mer chahute

Les vagues à l’intérieur

Se font une chaude lutte

Elles se dirigent vers la lumière

 

Au plus creux de la vie

Les étoiles brillent

Dans la nuit noire

Il y a toujours une île

Qui existe quelque part

Au plus creux de mon univers

Un immense volcan

Prêt à jaillir

Comme une boule de feu irradiant

Toute la terre

 

Artiste peintre BAKA ( Éric Meunier )



16/08/2015
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres