Ni beaux ni laids

Ni beaux ni laids

À contre-sens

21167492_10208503247533501_1107113583371922742_o.jpg

 

 

 

De façon irrégulière, imprévisible

Comme le son de l’absence au bout du fil

Souvent au milieu de la nuit

Presque sans bruit

 

De longues minutes durant

J’entends

Comme une voix enrouée

D’avoir pleuré

 

À pleine brassée

Chercher des mots forts

Des mots réconforts

Écouter

Ce qui se passe en dedans

Respirer

Lentement

 

Dans le creux du cou

Sentir un baiser doux

Somnolente, lovée

Dans le lit

Frissonner

Dans sa chemise de nuit

 

Des images

Des visages

Des fragments de vie

Le cœur trop petit

Pour tous ces tremblements

Une sensation de flottement

Qui glisse sur les parois de son intérieur

Le cœur

Est rempli de mystères

Comme s’il y avait des parcelles de poussières

Qui l’étouffait

 

Ce cœur se raconte des histoires

Il sursaute comme en flagrant délit

Lorsque ce n’est pas joli

Je le laisse discourir

Il en a besoin

Ce coquin

Puis, sans frapper, les mots

Trouvent un sens

Les maux

Vont à contre-sens

 

 

Enfin, il s’assoupit

Au diable les soucis

Il est en vie

Comme la mer

Jamais immobile

...

 

Artiste peintre Olivier Brisson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



29/08/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 266 autres membres